Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Comment l'extinction annoncée des énergies fossiles va nous pousser à changer radicalement nos modes de consommation

    Ce n'est pas un secret, mais c'est le type d'information à laquelle on ne souhaite pas trop penser : les énergies fossiles arrivent bientôt à l'épuisement total. La fin annoncée du pétrole devrait arriver d'ici une cinquantaine d'années, un peu plus pour le gaz conventionnel. C'est pendant ce court temps (à l'échelle de l'Histoire) qui nous sépare de la date fatidique que tout va se jouer. Ces contraintes énergétiques vont pousser l'être humain à réviser en profondeur son mode de vie ainsi que ses habitudes de consommation. La transition énergétique va entraîner divers bouleversements dans les sociétés occidentales et demander des sacrifices de la part des personnes habituées à un environnement de surconsommation.

     

    pompe essence

     Crédit photo : Pixabay (image libre de droit)

    Une succession de crises

    Étant entièrement dépendants du pétrole pour le bon fonctionnement de notre économie, une pénurie lente accompagnée d'une hausse de la demande mondiale signifie une explosion du prix du baril. Un prix trop élevé a un effet direct sur l'inflation et réduit de fait le pouvoir d'achat des consommateurs. Sans une baisse significative des cours, nous pouvons nous attendre à une vague massive et durable de chômage dans la plupart des pays d’Europe de l'Ouest. Comme une réaction en chaîne, il faudra également s'attendre à une rétractation de l'offre de crédit. Sans une réforme majeure de l'emploi, il sera difficile de contracter un prêt sans offrir de garanties à la maison de crédit. On pourrait donc assister à plus de concentration dans le milieu bancaire, éliminant par conséquent les organismes de crédit les moins rentables.

    Il faudra aussi s'attendre à une crise environnementale sans précédent avec l'exploitation quasi-sauvage des gisements de gaz de schiste dans les sols profonds. La part du nucléaire dans la production pourrait aussi augmenter, renforçant ainsi le nombre de barres de combustibles radioactives à stocker durant des siècles. Arriveront aussi des crises diplomatiques majeures, avec une intensification des conflits militaires pour l'appropriation des dernières réserves de pétrole. Ces changements radicaux devraient pousser les individus à ne plus être dépendant de l’État et des modes éphémères de consommation, mais plutôt de se concentrer sur l'essentiel à savoir la recherche d'autonomie.

     

    Une consommation plus locale et un mode de vie écologique

    Une crise peut permettre une profonde remise en question du modèle économique et social et des comportements individuels. Exit les gadgets superficiels, les télés à écran plat et les voitures surpuissantes achetées à crédit (lire aussi : Essayons de concevoir une vie sans crédit). Dans un état d'urgence extrême, la volonté de survie cherche des réponses à des problèmes bien plus physiologiques et pouvant même pousser les affamés à commettre d’innommables atrocités (ce que la série The Walking Dead illustre parfaitement).

    D'autres peuvent simplement changer de paradigme et s'organiser pour consommer en cycle court. Il s'agit tout simplement de revenir à la terre par l'agriculture raisonnée, bio et en respectant l'environnement. La pénurie des importations sera une magnifique opportunité pour celles et ceux désirant s'alimenter plus sainement et pouvoir créer des espaces autonomes où ils donneront libre cours à leur imagination. Ce qui est produit pourra être consommé à court terme, à long terme (préparations) ou revendu à d'autres groupes locaux. Il sera possible de voir émerger des communautés en milieu rural et où chaque membre dispose d'une fonction précise. Côté énergétique, on assistera à une explosion des ventes de panneaux photovoltaïques, reliées à des batteries domestiques à longue autonomie.

     

    Vers un nouveau système monétaire

    Dans une crise globale, les échanges prennent une toute autre valeur, soit par la hausse/dévaluation d'une monnaie, soit par la recherche d'un nouveau standard monétaire. À l'heure actuelle, c'est le dollar qui est fixé comme étant la monnaie de référence internationale pour le commerce. Cependant, cette monnaie présente de gros risques d'implosion en raison du niveau de la dette des États-Unis et la pénurie de pétrole risque de lui porter le coup de grâce. La solution viendrait :

    - d'un retour à l'étalon OR,

    - d'une monnaie-étalon mondiale basée sur un panier de devises,

    - d'un modèle basé sur l'échange direct de produits ou services (troc) à valeurs équivalentes.

    Il serait aussi possible de voir apparaître des monnaies locales uniquement utilisables dans des secteurs géographiques limités.

    Dans tous les cas, les cartes seront remises sur la table et l'hégémonie du dollar tombera.

    Cette transition peut bien entendu se faire de manière plus douce impliquant de fait des choix politiques clairs, coordonnés et ambitieux pour tourner définitivement la page des énergies fossiles.